a a a
Plan du siteAccessibilité

Deux récompenses pour Kado, mini-entreprise de Derval

La mini-entreprise du collège Saint-Joseph de Derval, Kado, vient de remporter deux prix au concours Entreprendre pour Apprendre : le prix « Coup de cœur » du jury catégorie collège et le prix rebond « Semenceur de bonheur ». Son produit ? Des cartes à planter !

Le projet des mini-entreprises est piloté par l’association nationale Entreprendre pour Apprendre (EPA) qui accompagne les enseignants qui le souhaitent dans la création de mini-entreprise au sein des établissements. L’enseignant est secondé  par un parrain appelé aujourd’hui mentor. « Ce professionnel connaît le monde de l’entreprise, de l’entreprenariat et amène les jeunes à réfléchir sans leur donner les solutions de telle sorte que les décisions prises soient le résultat d’échanges et de consensus » explique le parrain de Kado. Dominique David, maire de Derval nouvellement élu vice-président de la communauté de communes en charge des Finances, de l’Économie, de l’Emploi, de la Formation et des Chambres consulaires termine en effet sa 2ème année de parrainage. « Cette expérience m’a fait prendre conscience des capacités des jeunes à s’associer pour créer, bâtir un concept de production, vendre, gérer les besoins en matière première, déterminer des prix de vente, l’importance du bénéfice ». Les mini-entrepreneurs de Kado ont d‘ailleurs prévu de reverser une partie de leur bénéfice à l’association « Gazelles aux trousses » qui récolte des fonds et des fournitures scolaires pour des enfants sénégalais et népalais. 


« Le collège Saint-Joseph participe depuis 6 ans aux mini-entreprises », souligne Isabelle Bertin, l’une des professeurs investie dans le projet. « Chaque année, un nouveau groupe d'élèves volontaires de 3ème créé leur entreprise : ils cherchent un produit à fabriquer, étudie la faisabilité, produisent, travaillent sur le marketing et les relations commerciales, commercialise... Cette année, 17 élèves ont décidé de fabriquer des cartes à planter de formats différents avec du papier recyclé dans lesquelles étaient insérées des graines de fleurs et de légumes. Ils les ont commercialisées au sein du collège ou lors de divers d’évènements ».

 

La mini-entreprise vit du début à la fin de l’année avec le salon régional des mini-entrepreneurs en objectif final. En 2017, Châteaubriant avait accueilli cet événement avec 850 jeunes et 42 entreprises présentes. En 2020, la 9e édition de ce salon qui devait réunir 1 700 jeunes et 300 professionnels à Château-Gontier-sur-Mayenne, le 14 mai dernier, a été annulée à la suite de la crise sanitaire du COVID-19. Le salon été remplacé par un challenge vidéo en ligne où les 85 mini-entreprises de la région pouvaient présenter leurs projets. Les mini-entrepreneurs de Kado ne se sont pas laissés abattre et ils ont su rebondir et s’organiser pour participer à ce nouveau challenge et aller au bout de l’aventure.

Le mercredi 10 juin, c’est donc dans un monde viruel, le Laval virtual world, que les élèves du collège Saint-Joseph se sont vus décerner deux prix : 

- Le prix rebond « Semenceur de bonheur » attribué aux mini-entreprises ayant participé aux épreuves en dépit du confinement en ayant réalisé un montage vidéo

Le prix « Coup de cœur » du jury pour le concept et sa dimension de développement durable

          

Ces deux prix sont une belle récompense pour les jeunes participants et le projet de mini-entreprise restera une expérience enrichissante. Pour Dominique David, « sur le territoire de la communauté de communes, le projet des mini-entreprises permet de faire connaître une jeunesse talentueuse qui un jour aura à prendre le relais dans les entreprises. Avoir été sensibilisé au monde de l’entreprenariat  et avoir vécu une telle expérience est une vraie opportunité pour l’ avenir professionnel de ces jeunes ».

  

Quelques commentaires du jury :

« - Belle énergie et beau travail d’équipe.

- Un produit qui peut trouver sa cible, testez la population citadine !

- Un produit inspirant 

- Les valeurs de la mini-entreprise sont réelles, le produit a du potentiel pour séduire et se mettre au vert après la crise sanitaire ».