a a a
Plan du siteAccessibilité

Foirail intercommunal : visite des maires de la communauté de communes

Figurant parmi les plus grands marchés aux bestiaux, le Foirail est classé premier marché aux broutards de France. Géré par la communauté de communes, il est principalement axé sur la vente de bovins. Une visite commentée des maires était au programme le mercredi 23 juillet.

Chaque mercredi, quelques 1 200 bovins sont au centre des négociations entre éleveurs et commerçants en bestiaux. Ainsi, chaque année, quelques 63 000 bêtes foulent le foirail intercommunal. Sans compter les jeunes veaux, qui, dans un parc voisin, sont négociés sur le même modèle. La tradition veut que les accords se fassent «de gré à gré».

Les négociations se concluent toujours par la célèbre « tape dans la main », un geste symbolique accompagné d’un ticket d’achat, scelle l'accord entre un vendeur et un acheteur. À la fin de chaque marché, une commission de cotation composée notamment d’acheteurs et de vendeurs se réunit. Cette commission a pour rôle de définir les cours qui ont été pratiqués sur le marché qui vient de se dérouler. Ce qui fait de Châteaubriant un marché « de référence » car les cotations sont transmises au niveau national et au niveau européen toutes les semaines. Les cotations des marchés sont des références de prix offertes à toute la filière.

Le Foirail bénéficie aujourd'hui d’une belle notoriété. Géré en régie directe par la commune de communes, le Foirail fonctionne grâce aux agents qui se relaient pour accueillir, animer, gérer la logistique et le nettoyage. Bruno Debray, Vice-président en charge de l’Agriculture et du Foirail, veille au bon fonctionnement des lieux et de sa visibilité auprès du grand public, notamment en organisant avec l’office de tourisme intercommunal des visites chaque été. « Nous nous battons pour que ce marché, qui est un moteur économique du territoire et de tout le département, soit aussi une vitrine, à la fois pour les futurs négociants en bestiaux et pour nos éleveurs mais aussi ceux de toute la région ».

 Pour Alain Hunault, Président de la communauté de communes : « Dans un contexte compliqué pour les agriculteurs, il est important de faire savoir que le Foirail est ouvert à tout professionnel, éleveur, négociant. Ce marché, c’est une autre manière de commercialiser leur production. Un discours qui rejoint la politique locale dans le cadre du Projet Alimentaire de de Territoire (PAT), lancé par les élus depuis 2018, et qui vise à favoriser le recours aux productions locales ainsi qu’aux circuits courts. »

Chaque année, la mise en vente des animaux génère près de 300 000 euros de chiffre d’affaires. Autant d’arguments qui confortent les élus dans une volonté de « faire évoluer le marché pour le rendre toujours plus attractif ». D’ici la fin de cette année une nouvelle halle devrait être construite pour y accueillir les veaux. Enfin, la modification de la directive européenne sur le transport d’animaux vivants obligera la communauté de communes à redoubler de vigilance en mettant en place un contrôle renforcé quant à la circulation des animaux qui transitent sur son foirail.

Foirail intercommunal route de Vitré
Zone d’activité du Val Fleury 44110 Châteaubriant