a a a
Plan du siteAccessibilité

Mobilités

La mobilisation pour la rénovation de la ligne ferroviaire Rennes-Châteaubriant se confirme

Le jeudi 8 avril 2021, Alain HUNAULT, Président de la Communauté de Communes Châteaubriant-Derval et Sébastien CROSSOUARD, Vice-président en charge de la Mobilité, ont accueilli Roch BRANCOUR, Vice-président du Conseil Régional des Pays de la Loire, Président de la commission Transports, Mobilité, Infrastructures, à la Maison de la Mobilité à Châteaubriant.

Cette visite a été suivie d’une réunion d’échanges, au siège de la communauté de communes, portant sur la ligne ferroviaire Rennes-Châteaubriant et sur le bilan d’activités de la Maison de la Mobilité, à laquelle étaient présents l’ensemble des Maires et Vice-présidents de l’intercommunalité, Christophe HUAU, Directeur territorial de la SNCF, Didier MAGRÉ, Directeur du programme de réhabilitation de la ligne TER Rennes-Châteaubriant, mais aussi Luc GALLARD, Maire de Coësmes et Président de Roche-aux-Fées Communauté, Patrick HENRY, Maire de Martigné-Ferchaud, Thierry RESTIF, Maire de Retiers, et Philippe RAJALU, Président de l’ACCRET (Association Citoyenne Châteaubriant-Rennes en Train).

En ouverture de réunion, Alain Hunault a rappelé l’historique de la ligne ferroviaire Rennes-Retiers-Châteaubriant et « la volonté commune des collectivités de pérenniser la voie et de financer les études sur la totalité de son parcours ». Un accord a été passé pour financer simultanément les études sur les sections Rennes-Retiers (900 000 euros) et Retiers-Châteaubriant (800 000 euros) avec une participation volontariste de la Région des Pays de la Loire à hauteur de 37 % du coût des études de la section Retiers-Châteaubriant. 

Pour cette section Retiers-Châteaubriant, longue de 26,5 km, une convention de financement des travaux a été signée le 2 décembre 2019. Sur 19,3 millions d’euros, la Région des Pays de la Loire finance 6 400 000 euros. Parmi les objectifs visés par la réhabilitation de la section Retiers-Châteaubriant, les élus et les partenaires ont rappelé leur volonté engagée et partagée de maintenir le niveau de service équivalent à celui d’avant travaux sur l’ensemble de la ligne, de proposer, comme c’était le cas auparavant, 5 allers-retours du lundi au vendredi entre Rennes et Châteaubriant avec une vitesse d’exploitation de 70 km/h et d’engager dès à présent les études pour relever cette vitesse à 110 km/h. 

A propos de l’avancée des travaux, Didier MAGRÉ, Directeur du programme de réhabilitation de la ligne TER Rennes-Châteaubriant, a souligné que le calendrier prévisionnel suivait son cours pour une mise en service totale de la ligne fin août 2021. « Les travaux les plus lourds vont être finalisés et il reste les finitions » a t-il précisé.

Faisant écho à la visite de la Maison de la Mobilité à Châteaubriant, financée à 50 % par la Région des Pays de la Loire, Roch BRANCOUR, Vice-président du Conseil Régional, a qualifié l’intercommunalité, de « territoire exemplaire et précurseur en terme de mobilité car vous embrassez tous les moyens de la mobilité en rassemblant l’ensemble des services et en anticipant comme par exemple pour l’utilisation des vélos à assistance électrique ». 

Le Vice-président du Conseil Régional a profité de l’évocation des mobilités dans son ensemble pour faire part de l’engagement de la Région à harmoniser les tarifs de ses lignes régulières d’autocars, ce qui se traduira concrètement par la baisse du prix du billet Angers-Châteaubriant.

Concernant la ligne de tram-train Nantes-Châteaubriant, Roch BRANCOUR a annoncé que la Région, grâce à un financement de l’État dans le cadre du Plan de Relance, « va entreprendre des travaux pour que les problèmes de givre rencontrés jusqu’ici sur la ligne ferroviaire soient résolus pour l’hiver prochain ». Il a aussi informé que, pour répondre aux attentes des industriels castelbriantais et des élus, la Région a missionné des experts indépendants afin d’étudier les solutions techniques pour réduire le temps de trajet à moins de 50 minutes.